Archive

Archive for avril 2011

Trail de Mimet (13) – 1er mai 2011

Le trail de Mimet, comme son nom ne l’indique pas, a lieu début mai. Cette année, cela tombe le 1er, la fête du travail.

Après ma course enthousiasmante du Trail de l’Escalo, j’avais eu une grosse envie de refaire un trail sans trop attendre, d’où l’idée de modifier mon calendrier de courses, en remplaçant Chorges, (programmée seulement une semaine avant la Bâtie-Neuve) par Mimet, dont les vidéos sur Youtube m’avaient fait saliver.

 Et zou, me voilà inscrit.

 Voici une photo du massif de l’étoile, théâtre de ce trail (pour l’info, Mimet se situe près de Gardanne), ça donne envie n’est il pas?

Donc me voilà en train de faire un petit article sur ce trail, ce samedi 30 avril.

C’est là que le lecteur un brin attentif s’interroge. Quoi! un compte-rendu le 30 avril pour une course du 1er mai? L’auteur est-il un mythomane et un escroc? A t’il des super pouvoirs de voyance? A t’il inventé la machine à remonter le temps?

Ben non, rien de tout ça… Simplement des maux de genoux consécutifs à des travaux de maçonnerie trop intensifs la semaine précédente, qui m’ont conduit à déclarer forfait.

 J’ai beaucoup hésité, mais ce trail de 26 km et 1300m de dénivelé a l’air assez exigeant et nécessite d’avoir une paire de jambes en parfait état de marche (ou de course). Donc, repos le 1er mai et article prématuré.

Soyons positif, je connais assez ces problèmes de genoux (syndrome fémoro-patellaire) qui reviennent épisodiquement et qui ne sont normalement pas trop graves, pourvu qu’on respecte une période de repos. Et puis, ça me change un peu du tendon d’achille!

 Cela n’empêche pas la frustration et la déception, comme dans tout projet avorté.

 Il va faire beau et je souhaite un bonne course et un beau week-end sportif à mes amis du GHAA trail nature, en route vers Mimet à l’heure ou je publie ces lignes.

Publicités
Catégories :Course à pied

La Bombarde – 10 km de Veynes – 17 avril 2011

18 avril 2011 1 commentaire

La Bombarde, plus communément appelée « les 10 kilomètres de Veynes » marque le premier rendez-vous printanier pour le petit monde des courses pédestres du département.

C’est l’occasion de tester sa condition sur un parcours (presque) roulant et mesuré officiellement par la FFA.

Sur place,  je retrouve donc  une flopée de menbres du Gap Hautes-Alpes athlétisme, de nombreux coureurs locaux, ainsi que mon copain Daniel, qui confirme son retour aux affaires…

Un temps idéal pour cette Bombarde version 2011, ni trop chaud ni trop froid.

Pour une fois, je me positionne correctement au départ, en troisième ligne… mais comme j’ai du mal à « gicler », je perds d’emblée  le bénéfice de mon placement.

C’est pas grave, je prends tranquillement mon rythme (euh, tranquillement est un euphémisme… car le premier kilomètre doit quand même être avalé à un bon 16 km/h).

Un coup d’oeil aux concurrents qui m’entourent et je constate que je suis en bonne compagnie (traduction: des coureurs  supposés de mon niveau voire meilleurs)

J’essaye d’accrocher deux copains du club, Michel et Didier, mais ils sont trop véloces pour moi… Au bout de 2 kilomètres je lâche prise et reste avec 2 coureurs dont le rythme me convient mieux.

Du 2ème au 5ème kilomètre, le profil est en léger faux-plat montant, et j’en bave pour tenir la cadence.

C’est dur un 10km: il faut sans cesse pousser! pousser! mais sans se mettre dans le rouge… Pas de répit ni de changement de rythme comme sur les trails, il faut rester à pleine charge tout le temps.

Après le ravito du 5ème, c’est le retour et un profil plus favorable: je retrouve un regain d’énergie (grace au gel coup de fouet?) et le moral est en hausse.

Notre trio est toujours vaillant (c’est important de ne pas être isolé), et nous avons doublé quelques coureurs, surtout des « p’tits jeunes ».

Il faut maintenant tenir et ne pas faiblir.

Les kilomètres défilent petit à petit, et nous rapprochent de la délivrance.

Notre trio change de visage au 7ème, un changement est effectué par le sélectionneur, M. Lafatiguefaitsonoeuvre. 

Un coureur revient de l’arrière au 8ème, à un moment ou je suis un peu dans le dur. J’ai peur que son retour fasse éclater notre groupuscule, mais il n’en est rien.

Passé le 9ème,  à l’entame du retour sur la digue, je me sens des ailes, et j’accélère progressivement, lâchant égoïstement  mes compagnons de route.

Je reste sur un bon rythme jusqu’à l’arrivée que je franchis en 20ème position, au bout de 38 minutes et 10 secondes d’efforts intenses…

C’est un très bon résultat pour moi, qui me permet de vérifier que je suis revenu quasiment à mon meilleur niveau (je n’avais plus de référence sur 10km depuis 2009).

Bien sur,  j’aurais aimé être dans les 37′, mais il faut être réaliste et pas trop gourmant, ce chrono est vraiment prometteur en vue des 10 kilomètres de Gap, une course que  je considère plus favorable à la performance.

Petit décrassage avec Daniel, lui-même satisfait de son temps et de ses sensations, et qui pense déjà à sa prochaine course…

Bravo à l’organisation, très au point.

Catégories :Course à pied

Vilo Novo (Villeneuve 04) – 3 avril 2011

6 avril 2011 3 commentaires

Un petit déplacement de Châteauvieux vers Villeneuve (c’est de la modernisation !), piloté par Jacky, jeune et redoutable vétéran 4.

Je connais cette course (de 10,3 km précisément), pour y être déjà venu à plusieurs reprises.

Sur place et comme prévu, je trouve Pierre et Gilles, assidus représentants du club GHAA, ainsi que mes copains de longue date Daniel et Stéphane, avec qui j’ai commencé à courir en 2000, après une précédente carrière de bringueur.

Pour l’anecdote, nous n’avons plus participé tous les trois ensemble à une course depuis juin 2002.

Ce rendez-vous sportif est donc particulièrement apprécié.

Petit échauffement commun sous un soleil radieux et une température optimale, avant de se rendre sur la zone du départ, prévu à 9h30 .

Contrairement à mes bonnes résolutions de début d’année, je suis encore mal placé au départ et, dès le démarrage, je dois me frayer un chemin dans le peloton des coureurs (225 unités quand même !).

Je peste intérieurement contre moi-même en pensant au bon vieux proverbe  « Rien ne sert de courir il faut partir à point »

(Note de l’auteur : Bien qu’il ait beaucoup pompé sur Esope, on ne peut tenir rigueur à La Fontaine de ne pas divulguer ses sources..hi hi hi !)

Bref, revenons à la course : j’essaye de me dégager de la meute et j’évite de justesse un VTT qui s’écarte au moment où je double par le trottoir : petite montée d’adrénaline !

Le rythme n’est pas très élevé à l’avant, c’est parti prudemment.

Après la traditionnelle boucle dans les ruelles du village provençal de Villeneuve, le parcours devient routier et roulant.

Comme j’ai de bonnes sensations, je commence à produire mon effort, et remonte peu à peu jusqu’aux environs de la vingtième place.

Dans la descente du 3ème kilomètre, le coureur que j’accompagne depuis quelques minutes accélère et malgré toute ma bonne volonté, je n’arrive pas à suivre et suis décroché.

On quitte la route pour une piste puis, après le premier ravito, un sentier monotrace, tracé dans un bois de chêne et de pins qui fleure la Provence et le sanglier…

Au début de ce « single », je suis donc isolé et j’essaye de recoller au trio de coureurs que j’ai en point de mire.

Je m’efforce en vain sur plusieurs kilomètres, perdant même un peu de terrain.

Bien que ce sentier soit très agréable, il est un peu vallonné et tout en relances, et il finit par me paraître interminable.

Les kilomètres sont bien indiqués et des épouvantails décoratifs sont placés régulièrement sur le parcours (plus distrayants qu’effrayants, mais c’est bien le but !)

Un deuxième ravitaillement, on retrouve la route puis à nouveau une piste avec 3 petites montées successives qui cassent bien le pattes.

J’entends la respiration d’un poursuivant, car derrière ça revient.

Je reste zen et gère à l’économie ces difficultés, pour retrouver un bon rythme sur le retour vers le village.

Je gagne même une position à l’entrée du village pour finalement terminer 18ème en 43’23.

Ensuite vient le plaisir de retrouver mes supportrices à l’arrivée et de se détendre avec les copains (bla-bla, glou-glou et miam-miam), en attendant la remise des prix et le podium de Jacky, qui confirme ainsi qu’il est sans doute le vétéran 4 le plus rapide à l’Ouest de la Durance !

Tout ces petits bonheurs qui participent à la passion de la course à pied et qui font oublier momentanément les petits bobos.

Bilan : une course bien agréable, avec un parcours varié et un décor très sympathique, courue sous un temps magnifique. A signaler que l’organisation est parfaite (buffet d’arrivée, lots, animation : tout est nickel)

Catégories :Course à pied